Welcome
Advertising is the way great brands get to be great brands.
We Are Awesome Folow Us
linogravure-multi-projets

Aujourd’hui, c’est une semaine spéciale, deuxième semaine de confinement. Mais c’est aussi un jour spécial, puisque j’écris ces premières lignes un 27 mars, jour de mes 35 ans. Ce soir sera donc un confine-anniversaire et le début d’une nouvelle aventure avec la création de ce blog dédié à la linogravure. Pourquoi ce blog ? Tout simplement parce que sans les blogs, forums et groupes sur les réseaux sociaux je n’en aurais pas appris autant sur la linogravure. Ils m’ont permis de découvrir certaines techniques, certains outils et de m’améliorer au quotidien. Il est donc temps de renvoyer l’ascenseur et de partager, à mon tour, mes trucs et astuces, mon processus de création, mes inspirations….

Mon histoire & mon parcours

Et pourquoi la linogravure ? Cette question, on me l’a beaucoup posé et elle mérite qu’on lui consacre un article complet. Mais avant toute chose il est nécessaire que je parle un peu de mon histoire et de mon parcours. Je m’appelle Léa, et si vous avez été assidue vous savez déjà que je suis née en 1985.  Fille-unique j’ai toujours appris à m’occuper seule, c’est durant ces premières années que j’ai débuté mes petites activités artistiques : beaucoup de dessin (autrement appelé gribouillage), de la calligraphie, un peu de pyrogravure aussi (rapidement arrêté parce que vraiment ça sentait trop le sapin !). C’est aussi durant cette période que je me suis créée un monde à moi. Grande rêveuse, ces petits temps sont devenus indispensables pour m’évader et me ressourcer. Alors, à tous ceux qui pensent que dormir est une perte de temps, apprenez à rêver !

latitfabrik-monenfance
latitfabrik-monhistoire2

Métier : choix de cœur ou de raison ?

En grandissant, je suis ensuite passée, comme beaucoup, par le fameux choix de carrière. Pas facile de devoir se décider à cet âge. Pour moi ça a été la psychologie, et a posteriori ce ne fût pas le bon choix. Après 4 années à étudier Freud et tous les autres je pris la décision d’arrêter mes études. Rester assise des heures tout en restant focus sur les problèmes des autres, ce n’était malheureusement pas pour moi.

Retour à la case départ et nouveau départ. Cette fois-ci je décidais d’écouter mon choix de cœur. Ce serait la communication visuelle. Il faut comprendre que même à l’époque, je ne savais pas vraiment dans quoi je m’embarquais, mais je les voyais à tous les salons étudiants, avec leurs jolis portfolios, et ça donnait envie. Et chose très importante pour la suite j’avais le coup de crayon d’un enfant de 10 ans, frein créatif que j’allais devoir surmonter. Quoi qu’il en soit, je ne fus pas déçu de mon choix, et même si mes lacunes en dessins restaient flagrantes, je m’en sortis en trouvant un style « d’esquive », qui me permit de conceptualiser sans avoir à réellement dessiner. Ce fut trois années passionnantes de découverte et d’expérimentation autour de la matière, de la forme, et des techniques d’impressions (offset, numérique, sérigraphie, linogravure…).

Design-graphic-latitfabrik

Identité visuelle réalisé pour le réaménagement de la place de la Gare à Bourg-la-Reine. Réalisation au sein de l’agence Traitclair.

Graphic designer : la réalité du métier

Le problème, c’est qu’arrivé sur le marché du travail, toute cette méthodologie expérimentale, on peut lui dire au revoir. Notre créativité passe au rouleau compresseur, et ce rouleau compresseur s’appelle souvent « Client ». Alors oui, le client est roi… mais ce n’est pas parce qu’il porte la couronne qu’il dirige toujours bien son royaume. Pourquoi cette critique ? Après 7 années en tant que graphiste, j’ai commencé à sentir la lassitude arriver, et ma motivation à créer s’essouffler. Je vous rassure tout de suite, je n’ai pas pour autant baissé les bras, et ce métier je continue de le pratiquer en freelance et j’adore ça ! À cette période, une seconde lassitude s’est installée : la vie à Paris. Nous nous sommes alors, moi et mon conjoint, offert une nouvelle vie à Nantes. On dit souvent que tout est question de timing, pour nous ça s’est vérifié.

En savoir plus sur mon activité de graphiste freelance

Un nouveau départ & un nouveau souffle

Avec ce nouveau départ, deux choses ont radicalement changé : le temps et l’espace. Le temps, parce que Nantes reste une petite ville. Adieu les 1h15 de trajets matin et soir pour aller travailler ! Et l’espace, parce que passer d’un 18m² à un 84m² ça ouvre de nouvelles opportunités ! Nouvellement Nantaise et pleine de nouvelles résolutions, dont celle de retrouver un second souffle créatif, je partais à la recherche de cours de sérigraphie. Malheureusement, aucun ne correspondait à mes horaires de l’époque. C’est le hasard des rencontres qui mit sur ma route une artiste peintre et linograveuse Nantaise, Soizic Kerihuel. Ce fût le petit déclic et le début d’une longue addiction.

soizic-kerihuel-artiste-nantes

Les Petits Cubiques de Soizic Kerihuel

close

NEWSLETTER

Reçois les derniers articles & actus de La Tit'Fabrik

Reste informé et reçois les derniers conseils dédiés à la linogravure ainsi que les actus de l'atelier ! (Max un mail par mois)

Vous affirmé avoir pris connaissance de notre Politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l'aide des liens de désinscription ou en nous contactant à l'adresse contact@latitfabrik.com

2 commentaires

  • Itís difficult to find educated people about this topic, but you seem like you know what youíre talking about! Thanks

    reply

Laisser un commentaire

X
Vous n'avez pas l'autorisation de vous inscrire