Welcome
Advertising is the way great brands get to be great brands.
We Are Awesome Folow Us

En linogravure, le choix du papier revêt une importance capitale, puisqu’il sera le support final qui accueillera nos linogravures. Ce n’est pas toujours simple de trouver LE papier, surtout quand on les achète en ligne et qu’on ne peut ni les voir ni les toucher. Si je rédige cet article, ce n’est pas pour dresser une liste de tous les papiers que l’on peut utiliser, mais plutôt de vous aider à choisir celui qui vous correspondra le mieux et de vous éviter les écueils dans lesquels sont tombés beaucoup de graveurs à leurs débuts.

Papier sans acide qu'est ce que ça signifie ?

On ne va pas rentrer dans les détails technico chimiques, car déjà, ce n’est pas ma spécialité (j’ai beau avoir eu 14 à mon bac S spécialité physique-chimie, il n’en reste pas grand-chose aujourd’hui !). Ce qu’il faut retenir, principalement, c’est qu’un papier sans acide, est un papier avec un PH neutre (7) ou basique, qui lui offre une bonne conservation dans le temps, ce qui lui évitera de jaunir et de s’effriter. Comment savoir s’il s’agit d’un papier avec ou sans acide ? Dans le cas des papiers non acides, c’est généralement indiqué sur les fiches des papiers. Quant à savoir s’il est nécessaire d’imprimer sur des papiers sans acides, tout dépend de l’usage que vous ferez de vos tirages. S’ils sont destinés à la vente, il est préférable d’être vigilant à ce point. Si vous imprimez principalement pour vous, franchement, ne vous prenez pas la tête.

A gauche le papier Fabriano Rosaspina et à droite je papier JS Opal.

Quel papier utiliser pour des linogravures imprimées à la main ?

Les papiers à éviter

La particularité des impressions à la main, que ce soit au baren ou à la cuillère, c’est qu’on n’obtiendra jamais la pression obtenue avec une presse. Souvent les tirages sont plus aléatoires, avec des zones plus ou moins encrées. C’est le jeu de la linogravure, cependant, le papier, l’encre et l’encrage peuvent aider à obtenir des aplats de qualité. Ici nous allons nous concentrer sur le papier. Pour les encres, vous pouvez aller lire l’article dédié à ce sujet ici, et pour l’encrage rien ne vaut d’expérimenter (mais un jour je ferais un article sur le sujet !). Et si vous souhaitez en savoir plus, je propose également des ateliers d’initiation et de perfectionnement à Nantes, durant lequel on aborde le sujet.

Atelier, stage & cours de linogravure à Nantes

Revenons à nos moutons. La première erreur qu’on a tendance à faire, quand on imprime à la main, c’est de choisir du papier à dessin, ou du papier aquarelle. Pourquoi est-ce une erreur ? Parce que ces papiers ont souvent un grammage épais (de 180g à 300g et plus), et qu’en plus, ils ont une texture. Et qui dit texture dit relief, donc il nous faudra plus de pression pour que l’encre pénètre de manière uniforme dans le papier. L’autre problème que l’on peut rencontrer, c’est que le papier épais ne colle pas à l’encre. Il devient très compliqué d’imprimer sans que le papier ne bouge. On obtient alors une impression avec plein de décalage (c’est par exemple le cas avec le papier Fabriano Rosaspina).

Alors quel papier utiliser ? Simplement un papier avec un grain fin et lisse. Si votre papier rempli ces conditions, il peut avoir un grammage plus fort que du 120g, vous arriverez, avec de l’huile de coude, à obtenir des tirages intéressants.

Linogravure imprimée à la Slama Press sur simili japon 130g.

Les papiers pour imprimer au baren ou à la cuillère

Voici une petite liste de papiers à petits prix que vous pouvez utiliser :

    • Papier machine : si c’est pour un usage personnel et pour vous amuser
    • Papier bristol : pour faire des cartes par exemple
    • Papiers Canson ou Clairefontaine à grains fin
    • Papier simili japon : il est très agréable à travailler avec un toucher assez doux, il est sans acide. Il faut cependant ne pas trop le toucher avec les doigts car il marque vite, et le manipuler avec soin, car il peut s’abimer facilement.
      • Papier simili Japon de Clairefontaine : il est blanc
      • Papier simili Japon de chez Joopstoop : il est de couleur blanc ivoire, un peu moins blanc que le Clairefontaine

En bas le simili japon de chez Joopstoop, en haut le Clairefontaine.

Les papiers offset

Ce sont les papiers utilisés pour l’impression offset de livres, affiches etc. Si vous avez un imprimeur à côté de chez vous, vous pouvez tenter de voir avec lui s’il possède des stocks dont il voudrait se débarrasser. Si vous êtes sur Paris, Poitiers ou Lyon, et que vous posséder un statut pro ou si vous êtes étudiants, vous pouvez aller voir chez Antalis (je vous conseille d’ailleurs, pour les Parisiens, celui de Boulogne plutôt que celui à Bercy. Ils sont beaucoup plus accueillants, et les papiers n’ont pas changé de couleur à force d’être exposé à la lumière). Pour ceux qui ne connaissent pas Antalis, ils possèdent des showrooms dans lesquels on peut voir et toucher les papiers, et même repartir avec des échantillons ou faire des petites commandes à venir chercher sur place. Et si vous avez votre papier coup de cœur, vous pouvez le commander en grosse quantité sur leur site internet.

Echantillons de papier récupérés chez Antalis.

Le papier végétal

Vous pouvez également aller voir du côté des papiers asiatiques, qui seront un peu plus cher :

  • Les papiers Lokta népalais (ne pas prendre un trop fort grammage pour les impressions à la main)
  • Les papiers mûriers, qui sont légèrement transparents avec inclusion des fibres végétales (ne pas choisir ceux en dessous de 50g, j’ai eu des soucis, l’encre est passé à travers !)

De gauche à droite : Papier mûrier, papier Fabriano, papier Canson.

Quel papier utiliser pour des linogravures imprimées à la presse (hors presse de notaire) ?

Là vous aurez l’embarras du choix, car tous peuvent convenir. J’utilise quasi exclusivement le papier Fabriano Rosaspina 220g, car il a à mon sens un bon rapport qualité-prix. J’aime sa texture, le léger gaufrage que j’obtiens avec la presse. Cependant il peut rester capricieux, mais c’est aussi ce qui fait son charme. Après c’est une question de goût, chacun à ses petites préférences.

Phare imprimé avec une presse sur du Fabriano Rosaspina à l’encre Charbonnel bleu de Prusse.

J’espère que ce nouvel article vous aidera dans le choix de papier, et comme d’habitude, n’hésitez pas à me laisser un commentaire, je ne manquerais pas d’y répondre !

close

NEWSLETTER

Reçois les derniers articles & actus de La Tit'Fabrik

Reste informé et reçois les derniers conseils dédiés à la linogravure ainsi que les actus de l'atelier ! (Max un mail par mois)

Vous affirmé avoir pris connaissance de notre Politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l'aide des liens de désinscription ou en nous contactant à l'adresse contact@latitfabrik.com

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

X
Vous n'avez pas l'autorisation de vous inscrire