Welcome
Advertising is the way great brands get to be great brands.
We Are Awesome Folow Us
marquage-linogravure

Depuis mes débuts en linogravure j’ai progressivement fait évoluer mon matériel. Autodidacte en la matière j’ai fait beaucoup de recherches et de tests, et même si ma whishlist ne fait que grandir, je suis déjà pleinement satisfaite avec le matériel en ma possession. Linos, gouges, astuces de préparation du lino, encres, rouleaux, papier et presse, voici mon petit atelier.

Quel lino pour la linogravure ?

J’utilise trois types de lino, qui ont leurs avantages et leurs inconvénients.

  • Le lino marron : il fait très bien l’affaire. Cependant je trouve qu’il demande plus de préparation, car il y a très peu de contraste avec le crayon papier, il est donc préférable de repasser le motif au feutre avant de graver.
  • Le lino gris : c’est celui que j’affectionne le plus. Légèrement plus tendre que le lino marron, il offre de meilleur contraste lors du report du motif sur la plaque.
  • Le lino de sol : récupéré sur des chantiers, il a pour avantage d’être gratuit et plus écologique puisque de seconde main. Il est cependant plus délicat à graver. Moins épais que le gris ou le marron, il est également plus dur, ce qui peut amener facilement la gouge à déraper.
type-de-linoleum

Différents types de linoléum : gris, marron & lino de sol

Comment et pourquoi poncer son lino ?

Utiliser du papier de verre

Avant de transférer le motif sur la plaque de lino, j’utilise du papier de verre à grain fin (du 2000 à 3000). Je me le procure malheureusement sur internet, n’ayant jamais réussit à en trouver ni dans les magasins de bricolages, ni dans les magasins d’équipement automobile.

Étant assez économe par nature, j’utilise de petits rectangles de 3cm X 5cm environ, pour poncer à la main mon lino, que j’humidifie légèrement au préalable. Il faut rester vigilant à la pression appliquée sur l’ensemble de la plaque, afin d’éviter une impression irrégulière lors des tirages. Lorsque le lino semble doux au toucher et que vous ne sentez plus d’impureté, le lino est prêt à être utilisé !

Pourquoi poncer sa plaque ? Simplement pour :

  • Retirer les petites impuretés.
  • Homogénéiser la surface et de retirer les éventuels reliefs, notamment pour du lino de sol.
  • Faciliter l’encrage et l’impression.
poncage-linogravure

Avant utilisation le lino est poncé avec du papier de verre à grain fin.

Marquer son lino

J’utilise cette petite astuce pour le lino de récupération, qui a un aspect marbré. Il s’agit simplement de recouvrir le lino avec une couleur neutre, pour améliorer les contrastes lors du transfert du dessin, et offrir une meilleure visibilité des détails lors de la gravure. N’importe quel feutre peut faire l’affaire. J’utilise un POSCA blanc ou noir qui a l’avantage de partir facilement à l’eau. Cependant n’importe quel feutre peut faire l’affaire.

posca-linogravure
marquage-linogravure

Quels sont les méthodes pour transférer son dessin sur du lino ?

J’utilise plusieurs méthodes pour transférer le motif sur la plaque de lino.

La plus basique : le papier-calque

L’avantage c’est qu’il n’y a pas de gymnastique mentale à faire avec cette méthode. On décalque une première fois son dessin à l’endroit. Puis on pose la face que l’on vient de redessiner contre le lino. Il est préférable de fixer le papier-calque avec du scotch ou autre pour éviter qu’il ne bouge. Et on repasse au crayon de papier sur le motif pour que le transfert ai lieu.

La méthode express : l’impression sur calque

J’utilise assez peu cette méthode car elle demande de la rapidité lors transfert. Elle se prête donc mieux à de petits motifs, qui ont été travaillés sur ordinateur. Elle demande également de posséder une imprimante jet d’encre (je ne suis pas certaine que ça fonctionne avec une imprimante laser), et du papier-calque. Le procéder est simple : on imprime son motif à l’endroit sur le calque (l’encre sèche moins rapidement sur calque que sur du papier machine). Dès que le calque est sorti de l’imprimante on le transfère sur le lino. On peut procéder comme pour un transfert classique, avec un crayon de papier pour que l’encre adhère correctement au lino. L’avantage de cette méthode c’est qu’on ne perd aucun détail. Je l’ai par exemple utilisé pour le transfert du logo de La Tit’Fabrik.

impression-sur-calque

Transfert sur le lino de l’encre imprimée sur papier-calque.

logo-linogravure-latitfabrik

Technique utilisé pour la gravure du logo de La Tit’Fabrik.

La technique magique : le papier carbone

Plus communément appelé « l’ancêtre du photocopieur » ! J’en ai personnellement récupéré une caisse entière il y a peu, en faisant un peu de tri chez beau-papa. Il est toujours possible d’en acheter dans les magasins de bureautique ou même au Géant des Beaux-Arts. C’est une alternative au papier-calque qui accélère légèrement le processus de transfert et qui a ses avantages : il marque mieux que le transfert par calque, il se réutilise plusieurs fois et le procédé est plus rapide. Mais aussi des inconvénients : il faut transférer le motif à l’envers sur le lino et donc, soit le dessiner à l’envers, soit l’imprimer à l’envers depuis votre ordinateur.

papier-carbone-vintage

Papier carbone vintage.

Quelles gouges choisir ?

Il en existe de différentes marques et de différentes qualités. J’ai rapidement adopté les gouges Pfeil, marque Suisse de qualité. La différence avec les gouges premiers prix est réellement significative. Elles se vendent en kit ou à l’unité. Les kits sont plutôt onéreux et toutes les gouges ne vous seront pas forcément utile. Il est préférable d’en acheter une ou deux pour commencer, et de compléter au fur et à mesure si le besoin s’en fait sentir. Voici celles que j’utilise :

  • La L 12/1. Gouge en V de 1mm, je l’utilise principalement pour les petits détails et pour tracer mes premiers contours. Il existe une L 11/0,5 mm en U pour travailler les détails encore plus finement.
  • La L 15/2. Gouge en V de 2mm, elle est relativement similaire à la précédente. Si c’était à refaire je ne l’achèterais pas. Elle peut cependant servir au contour et à la réalisation de tracé de taille variable, selon la pression qu’on lui applique. C’est l’avantage des gouges en V.
  • La L 11/3. Gouge en U de 3mm, elle est polyvalente, et permet de retirer le surplus de lino, réaliser des tracés plus épais, ou consolider les contours.
  • La L 5/8. Gouge en U 8mm, elle est très évasée et permet de retirer très rapidement les aplats de lino, et d’obtenir une plaque très propre pour éviter les petites taches d’encre qui peuvent se déposer au moment de l’encrage.

Pour en savoir plus sur toute la gamme Pfeil je vous invite à aller jeter un œil sur le site de Joopstop.

gouges-pfeil

Mon set de gouges Pfeil (de gauche à droite) : L 12/1 mm (V), L 15/2 mm (V), L 11/3 mm (U), L 5/8 mm (U).

Quelles encres et quelles marques utiliser pour la linogravure ?

Après être passé par plusieurs phases de test concernant les différentes encres spéciales linogravure, j’utilise désormais quasi exclusivement les encres Aquawash de Charbonnel. Je ferais d’ici peu un article plus détaillé sur les différentes marques d’encres, leurs avantages et leurs inconvénients.

Les encres Aquawash de Charbonnel possèdent un certain nombre d’avantages pour très peu d’inconvénients :

  • Se trouvent facilement dans les magasins types Géant des beaux-arts et Rougié & Plé.
  • Sont hydrosolubles, ce qui signifie qu’elles se nettoient très facilement à l’eau et à l’huile végétale.
  • Sont vraiment très agréables à travailler au rouleau.
  • Ne sont ni trop épaisses ou ni trop liquides et ne bouchent pas les détails de la plaque de lino.
  • Offrent une très belle densité de couleurs.
  • Proposent une gamme de couleurs assez variée (même si je déplore l’absence de l’argenté et du doré, réservés aux encres taille-douce).
  • Possèdent un temps de séchage modéré (de quelques jours à deux semaines selon le médium).

 

Le seul inconvénient de l’Aquawash reste son utilisation pour les impressions à la main. Malgré de la patience et différents essais au baren et à la cuillère, je n’ai jamais réussi à obtenir une impression de qualité.  Elle est donc à privilégier si vous avez une petite presse.

Si vous souhaitez en savoir plus sur les encres Aquawash, la documentation complète se trouve sur le site de Charbonnel.

encre-linogravure-aquawash-charbonel

Les encres Aquawash de Charbonnel.

Comment travailler l'encre pour linogravure ?

Travailler l’encre sert à l’assouplir, pour qu’elle s’applique de façon plus homogène sur le rouleau. À l’aide d’une spatule on étire l’encre en « l’aplatissant » sur la plaque. Pas besoin d’y passer des heures, lorsqu’elle vous semble moins pâteuse l’encre est prête à être utilisée.

En parlant de la plaque pour l’encrage plusieurs solutions s’offrent à vous. Vous pouvez utiliser n’importe quelle surface plane et facilement nettoyable. Le verre est plus agréable pour travailler l’encre, mais vous pouvez également utiliser du plexiglas. Je me fournis dans les vide-greniers. Et oui, pensez à récupérer les vieux cadres, leurs vitres en verre ou en plexi sont parfaites, et en plus vous pourrez varier les tailles selon vos besoins.

Comment choisir son rouleau encreur ?

Les rouleaux ont toute leur importance dans le processus d’encrage. Plus cher qu’une gouge Pfeil, il n’en reste pas moins un investissement nécessaire si vous voulez obtenir de beaux tirages. Plus le rouleau est de qualité plus la couche d’encre qui sera déposée sur la plaque de lino sera fine et garantira la conservation des détails et la qualité du tirage. Trop d’encre sur le rouleau et les parties creusées risque de se boucher et de faire des petits « pâtés » disgracieux.

J’utilise ceux de la marque Abig :

  • Le rouleau 1 cm sert principalement à encrer des petits détails isolés sans salir la plaque de lino. Franchement, je l’ai rarement utilisé, car l’encre se dépose mal sur les détails, du fait de l’impossibilité de faire rouler correctement le rouleau.
  • Le rouleau premier prix 6 cm. Malgré son petit prix il est très pratique pour encrer les petites et moyennes surfaces. C’est un bon compromis pour les petits portefeuilles.
  • Les rouleaux 12 cm et 20 cm sont très utiles pour l’encrage respectivement des plaques A5 et A4.
rouleau-encreur-abig

Les rouleaux Abig (de gauche à droite) : 6cm, 20cm, 12cm, 1cm.

Quelle presse pour imprimer à la maison ?

Vous l’avez peut-être déjà croisé dans des discussions sur Facebook ou sur Instagram : la Xpress Xcut. Elle ressemble à une machine à gaufre et sert à l’origine au Scrapbooking. Bien qu’elle ne paye pas de mine, cette petite presse sort de magnifiques tirages. Elle a en plus l’avantage d’être légère, et de se plier en deux pour faciliter son rangement. Sa seule limite reste son format A4. Et la mauvaise nouvelle c’est qu’elle ne semble plus être produite, elle est en rupture de stock sur tous les sites revendeurs que j’ai pu voir.

En complément de la presse, je me suis procuré un lit d’impression allongé de 22 cm X 60 cm X 21,5 cm, très pratique pour travailler de plus grandes plaques. Je regrette qu’il ne soit pas vendu en France, mais vous pourrez le retrouver sur le site anglais Handprinted.

xpress-xcut

La presse Xpress Xcut.

xpress-extension

Le lit d’impression de 60 cm X 22 cm de chez Handprinted.

xpress-mini-presse

La presse repliée.

Quel papier utiliser pour la linogravure ?

Il existe un certain nombre de références de papier pour la gravure. Je ne sais pas pour vous, mais je suis toujours assez réticente à acheter un papier sur internet sans pouvoir le toucher et l’observer au préalable. Lors d’une initiation à la gravure en taille-douce j’ai eu l’occasion de réaliser mes tirages sur le Fabriano Rosaspina Blanc. J’ai tout de suite apprécié sa texture et sa nuance de blanc légèrement crémeuse (je n’ai jamais particulièrement aimé les papiers blancs de blanc). Composé à 60% de coton et fabriqué sans acide, ce papier Italien offre une excellente conservation dans le temps. Je n’ai pour l’instant pas eu à regretter ce choix, il est vraiment très agréable à travailler et possède de jolis bords frangés.

papier-fabriano-rosaspina

Zoom sur Anima T, imprimé sur du papier Fabriano Rosaspina blanc

Découvrir la collection Anima, entre géométrie et représentation abstraite !

Comment faire sécher ces impressions ?

Comme beaucoup de graveurs j’ai mis en place un système D qui fonctionne plutôt bien. J’utilise les étagères de mon bureau : un fil, des pinces et mes tirages peuvent sécher tranquillement. L’option tancarville fonctionne également, mais si vous ne vivez pas seule, elle peut amener quelques frictions quant à son utilisation !

sechoir-linogravure

Système D pour faire sécher ses impressions.

Matériel de linogravure : en bref

  • Lino marron, gris, ou de récupération
  • Papier de verre 2000 ou plus
  • POSCA blanc et noir ou tout autre marque de feutres
  • Papier-calque ou du papier carbone
  • Gouges Pfeil
  • Encres Aquawash de Charbonnel
  • Spatules en fer
  • Plaques en verre ou en plexi
  • Rouleaux encreurs Abig
  • Presse Xpress Xcut
  • Papier Fabriano Rosaspina Blanc
  • Fil et des pinces pour le séchage ou un tancarville

Voilà !

J’espère que ce petit tour d’horizon vous a plu et qu’il vous aidera à choisir votre propre matériel de linogravure. Si vous avez des questions n’hésitez pas à laisser un commentaire, je me ferais un plaisir d’y répondre !

close

NEWSLETTER

Reçois les derniers articles & actus de La Tit'Fabrik

Reste informé et reçois les derniers conseils dédiés à la linogravure ainsi que les actus de l'atelier ! (Max un mail par mois)

Vous affirmé avoir pris connaissance de notre Politique de confidentialité. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l'aide des liens de désinscription ou en nous contactant à l'adresse contact@latitfabrik.com

29 commentaires

  • Loeiza2 ans ago

    Salut, très complet ton article ! 🙂 Petite question, sur l’impression d’anima T, as-tu mouillé ton papier avant ? Car on voit que le motif est légèrement incrusté. Perso j’ai des difficultés à imprimer sur des papier épais avec un baren. Le grain est souvent gênant. Que me conseilles-tu ?

    reply
  • Noria Khe2 ans ago

    Merci beaucoup pour cet article! Il m’est très utile, moi qui débute la linogravure, je suis un peu bloquée avec mes gouges actuelles, du coup, j’y vois un peu plus clair et en effet le site Joopstop explique bien ce qu’on a comme choix! Alors que le site Pfeil est vraiment super mal fait 😉
    Bonne journée!

    reply
  • Marie-Corinne limorté2 ans ago

    Bonjour . J ai trouve dans un vide grenier une presse à livre. Peut elle servir pour l impression sur lino. Le probléme que je rencontre le papier colle au lino. Merci pour la réponse

    reply
  • Marianne2 ans ago

    Salut,
    Merci beaucoup pour cet article, ça aide beaucoup.
    J’ai découvert la linogravure grâce à une amie, il y a maintenant deux semaines et je trouve ça absolument génial. C’est devenu une nouvelle passion.
    J’ai acheté du matériel chez Rougier et Plé, je ne pense pas que ça soit du matériel de qualité mais on va dire que pour l’instant ça fera l’affaire vu que je débute.
    J’ai tenté ma première linogravure toute seule ce week-end et j’ai fait l’ancrage hier soir.
    Et impossible de faire rouler le rouleau sur la linogravure, ce qui était un peu embêtant puisque ça ne m’a pas permis d’encrer correctement la gravure.
    Penses-tu que c’est du a la qualité du rouleau ?
    Et deuxième question, j’utilise un contenant plat en plastique pour déposer l’encre et imbiber le rouleau.
    Est-ce que ce n’est pas une mauvaise idée de faire ça sur du plastique ?
    Merci 🙂

    reply
      • Marianne2 ans ago

        Alors en ce qui concerne le matériel :
        Le lino (bleu/gris) et l’encre (encre Aqua Wash taille douce) sont de la marque Lefranc Bourgeois.
        Quant au rouleau (15 cm) c’est la marque Créa.
        Le tout acheté chez Rougier et Plé.
        Je n’ai pas pu m’empêcher d’aller aux Géants des beaux-arts ce week-end et j’ai acheté du matériel en plus pour comparer.
        J’ai acheté un nouveau kit de gouges de la marque Abig et je vois bien la différence. Le kit Abig est super comparer au kit de gouges de la marque Créa que j’ai acheté à Rougier et Plé (oui le magasin est pas très loin de chez moi donc j’ai tendance à y aller assez souvent ^^).
        Et j’ai également acheté deux autres rouleaux (il me semble que ce sont ceux que tu présentes dans ton article) que je n’ai pas encore essayés.
        Je dirais que oui le rouleau est trop dur, voir peut-être trop lourd.
        Le lino n’étais pas déformé lors de l’encrage, maintenant oui il l’est.
        Que préconises-tu dans ces cas-là ? Le coller sur une matière plus dur ? Plus résistante ?
        Merci pour ta réponse sur le support en plastique, c’est juste que je vois beaucoup de personnes utiliser du verre ou du plexiglas et personne ne mentionne le support en plastique, dans ce cas la je continuerais à l’utiliser.
        Je t’enverrais des photos 🙂
        Merci de prendre du temps pour me répondre et résoudre mes petits soucis.
        J’ai vu que tu étais sur Nantes (moi aussi) et que tu proposais des stages, si un jour tu proposes des stages de perfectionnement, je suis preneuse 🙂

        reply
        • Marianne2 ans ago

          Pour l’encre je me suis trompée c’est la marque Charbonnel.

          reply
  • Marine1 an ago

    Salut !
    Merci pour cet article et de partager si précisément tes impressions sur les produits, car c’est un peu difficile de faire des choix sur internet !
    Mon problème, c’est la presse, je fais de la linogravure depuis un an avec un baren mais forcément avec le temps on veut se perfectionner 😉
    Tu as raison, celle que tu possèdes n’est plus produite mais je voulais savoir ce que tu penses de la Big Shot Pro – Machine de coupe, est-ce que c’est aussi une alternative ou bien une presse à main sur joop stoop ?
    Merci d’avance si tu me lis !

    reply
  • lydia villemant1 an ago

    Bonjour .
    Je fais te la linogravure depuis un certain temps ; mais lorsque j imprime , il y a toujours des petites saletés qui laissent des traces blanches sur la plaque et c est très vilain !
    Que faire ?

    reply
  • Muriel1 an ago

    Bonjour,
    Merci beaucoup pour tous ces renseignements ! Je travaille avec des jeunes en difficulté et j’ai très très envie de me lancer en m’appuyant sur tes conseils… Peux-tu me dire comment trouver le lit d’impression de 60 cm X 22 cm de chez Handprinted s’il te plaît ? Je ne le trouve pas sur leur site (mais l’anglais technique et moi…). Est-ce que tu as une petite vidéo de l’impression avec la presse Xpress Xcut ? J’ai du mal à comprendre comment elle fonctionne… mais je crois savoir où en trouver une…
    Dernière question concernant les gouges: quelles différences entre celles qui ont un manche fixe et celles qui n’en ont pas ? Certaines doivent être affutées ?
    Je prends bien entendu tous les conseils que tu pourras/voudras me donner pour la pratique en milieu scolaire, avec des jeunes (max 2/3 par atelier), des budgets limités, et du matériel solide…
    Mille mercis !

    reply
  • LaSardine10 mois ago

    Très bon article qui donne envie de REtenter l’aventure. La gymnastique de transfert me pose un problème que je n’arrive pas à résoudre. Invariablement, je finis par creuser là où il ne faut pas. Je vais ressayer. Merci pour ce partage riche en conseils

    reply
  • La Lune Mauve9 mois ago

    Merci infiniment pour tes conseils ! Ils vont m’être très utiles dès cette semaine, car je participe à un « crafternoon » spécial linogravure vendredi.

    Je me posais juste une question à propos de l’étape « Posca ». Tu écris : « Il s’agit simplement de recouvrir le lino avec une couleur neutre, pour améliorer les contrastes lors du transfert du dessin, et offrir une meilleure visibilité des détails lors de la gravure. N’importe quel feutre peut faire l’affaire. » Tu recouvres l’intégralité de ta plaque avec du feutre ? Cela doit prendre un temps fou et coûter cher, non ? (Les Posca n’étant pas donnés…)

    À moins que je n’ai pas bien compris ce que tu décris ! Sur tes photos, je n’ai pas l’impression que ta plaque soit entièrement « remplie » de Posca, alors je pense que j’ai dû mal comprendre un truc. 🙂 D’avance merci pour tes précisions !

    reply
  • bouyer8 mois ago

    tu as certainement vu ct article
    gpp

    reply
  • héléna blanchard5 mois ago

    Bonjour, Merci pour cet article très utile. Je suis à la recherche d’une presse A3 à moindre coût. C’est la première fois que je vois une machine à decoupe servant de presse. Effectivement, votre Xcut Xpress n’est plus distribuée, même si elle est en format A4, je suis intérréssée. Peux tu me confirmer qu’il me faut chercher une machine a découpe et gaufrage avec réglages de la hauteur du rouleau? J’ai vu la Sizzix big shot pro en A3, il me semble que la hauteur du rouleau est réglable. Qu’en penses tu? Jolie journée.

    reply
      • héléna blanchard5 mois ago

        Waaaaah!!! Quelle découverte!!! Merci pour ces riches informations!! Je vais creuser du coté du laminoir à froid.

        reply
  • héléna blanchard5 mois ago

    Oups, la fin de ton message, n’est pas passé. Suspens…. 😉

    reply

Laisser un commentaire

X
Vous n'avez pas l'autorisation de vous inscrire